Haut

Articles sur l'Énergétique Hologrammique

Cette page vous propose quelques textes fondamentaux permettant d'introduire à l'Energétique Fréquentielle Hologrammique et à sa pratique. Nous partirons de la notion d'énergie pour découvrir l'hologrammie, puis l'apport scientifique de Pribram et de Bohm et enfin le Concept Morphique, clef de la pratique énergétique. D'autres textes seront proposés par la suite, directement inspirés des séminaires de formation.

 

Sélectionner un article :

Introduction à l'Énergétique Hologrammique

L'Énergétique hologrammique est une méthode d'investigation de la mémoire cellulaire dite « mémoire hologrammique » selon les termes de Karl Pribram. Un exemple bien connu est celui de la madeleine de Proust, où une perception gustative, fait surgir une série d'associations synesthésiques.

L'exploration de cette mémoire au travers d'une technique simple, objective et répétitive, basée sur la prise du pouls, permet de mettre en évidence l'état physiologique, psychologique ainsi que les réactivités alimentaires et environnementales d'un sujet.

Le pouls utilisé, à savoir le pouls décrit par le Dr Nogier, vient de recevoir ses lettres de noblesse grâce aux travaux du Dr Fiches, qui a démontré de façon formelle, au centre hospitalier de Lausanne, l'objectivité de cette mesure.

De même, le physicien allemand Popp a mis en évidence et démontré un langage cellulaire tout à fait méconnu: le langage ultra tenu de fréquence-laser permettant aux cellules de communiquer entre elles, de s'informer sur le milieu environnant ainsi que de mémoriser. Le principe hologrammique est en effet caractérisé par le phénomène fréquence-laser .

Aujourd'hui, grâce à une grande quantité de mesures effectuées et mises en mémoire, Popp peut fournir catégoriquement une bonne vue d'ensemble sur la phénoménologie du rayonnement cellulaire ultra-ténue.

Plus aucun doute ne subsiste à ce sujet dans les milieux spécialisés. Dans le même temps, soit vers 1973, et sous le titre "Photons - langage des cellules ?", trois scientifiques soviétiques, S. Stschurin, V.P. Kaznachejev et L. Michailova confirmaient, par plus de 5.000 expériences, que les cellules vivantes transmettent des informations par des photons, en particulier ceux de la bande lumineuse des ultraviolets.

Or, la méthode d'énergétique hologrammique permet d'étudier ces informations au travers de longueurs d'ondes spécifiques que peuvent représenter les couleurs ou des cartes fréquentielles, d'en mesurer la réactivité corporelle au niveau du pouls. Et ainsi de préciser un schéma de structuration, de circulation et de distribution énergétique énergétique physiologique certes, mais d'en préciser aussi la qualité. On comprend l'intérêt d'un tel bilan.