Haut

Articles sur l'Énergétique Hologrammique

Cette page vous propose quelques textes fondamentaux permettant d'introduire à l'Energétique Fréquentielle Hologrammique et à sa pratique. Nous partirons de la notion d'énergie pour découvrir l'hologrammie, puis l'apport scientifique de Pribram et de Bohm et enfin le Concept Morphique, clef de la pratique énergétique. D'autres textes seront proposés par la suite, directement inspirés des séminaires de formation.

 

Sélectionner un article :

LA PERCEPTION DERMO-OPTIQUE


        
C'est le concept électromagnétique qu'introduit la notion de perception dermo- optique. Toute la démonstration en revient à l'ouvrage collectif du C.N.R.S., dirigé par Yvonne Duplessis: "Les couleurs visibles et non visibles" aux éditions du rocher, dont je recommande la lecture.


         De même le rayonnement invisible est traité par la peau. Celle ci est en effet sur le plan de la biophysique ce que l'on nomme un corps noir, que l'on appelle aussi récepteur intégral.    
         Selon la loi de Kirchoff, un corps noir absorbe toutes les radiations, et, en conséquence les émet toutes. Or tous les corps au dessus du zéro absolu, émettent de l'énergie sous forme de rayonnement. Energie proportionnelle à la 4em puissance de la température exprimée en degrés Kelvin.    
         La peau mesure 4 degrés Kelvin et donc appartient au monde des corps noirs. A 37° elle a un facteur d'émissivité de 0,98. Mathématiquement donc, le rayonnement émis ou absorbé comporte toutes les variétés du spectre électromagnétique.    
         De ce fait la surface cutanée est un lieu perpétuel d'échanges vibratoires avec notre milieu environnant. Cet échange relève en fait de mécanismes divers.    
         Le premier est bien évidemment l'échange calorifique, le second est électro-magnétique.


  • Echange calorifique:

  
         Nous savons que les phénomènes de "corps subtil", qu'ils soient décrits par l'occident ou par la tradition vitaliste, sont purement vibratoires, et décrits sous forme de couleurs.        
         On peut donc affirmer que l'utilisation de fréquences ou de couleurs présentées dans l'environnement corporel vont permettre d'obtenir au niveau de cet environnement:
- soit des réactions harmoniques.
- soit des réactions dysharmoniques.    
         En l'état non excité l'aura, nous l'avons vu, et dans les deux conceptions, est le reflet de l'état énergétique du sujet. Cet état énergétique doit être bien entendu compris dans un sens global. Certes il s'agit de phénomènes physiques, qu'ils soient électriques, électromagnétiques ou autres, mais qui restituent en quelque sorte une image dynamique de l'état physique, émotionnel, psychologique du sujet, mais aussi selon le critère vitaliste, toutes les composantes d'incarnation.    
         En cet état non excité donc, il existe un "modus vivendi", un état de fait, un équilibre vibrationnel, physiologique ou pathologique, peu importe pour l'instant, entre l'intérieur et l'extérieur.    
         Le fait d'exciter le corps subtil, c'est à dire le fait d'y introduire des vibrations colorées va déstabiliser cet équilibre, va créer des réactions au niveau de l'enveloppe vibratoire. Ces réactions vont alors jouer le rôle d'un "information quantifiée", c'est à dire ayant à la fois valeur quantitative,


et qualitative.    
         Le même phénomène pourrait du reste être obtenu avec des vibrations sonores.    
         Or la peau est capable de capter ces informations nouvelles, capable de les transférer au cerveau, et celui ci va réagir très vite, ordonnant un mécanisme d'adaptation. Celui ci va intéresser à la fois le corps grossier et le corps subtil. Au bout de quelques secondes l'adaptation sera faite, l'information aura déclenché l'adaptation.    
         Or cette réaction qui mesure à la fois adaptation et réaction peut être perçue au pouls.    
         L'étude statistique des réactions ainsi obtenues va permettre de distinguer des réactions physiologiques et des réactions significatives de pathologies. Au niveau de ces dernières, le temps d'adaptation, va permettre d'affiner la compréhension des phénomènes.    
         Il nous est donc possible de mobiliser le champ énergétique péri- corporel, d'informer ainsi le centre analytique et hologrammique de tout individu, et de mesurer avec une méthode adéquate les réponses centrales, conformes avec l'individualité et la personnalité du sujet au travers de son trajet biographique (dès la conception), prébiographique (filiation parentale) ou transpersonnel (essence de vie ou archétypes).
         Parmi celles ci l'adaptation cardiaque (et de ce fait de son onde de compression) est de loin la plus probante, ainsi que nous allons l'expliciter sous peu.
         L'origine de ce concept est très particulier, car il est en fait l'aboutissement de présomptions de Jules Romain. Celui ci était certes l'écrivain bien connu; mais aussi un biologiste, tout en préparant l'agrégation de philosophie à l'Ecole Normale.    
         Dans un de ses cours, il développe une conception physiologique selon laquelle la conscience doit être étendue à tout le corps, et non cantonnée à la seule activité cérébrale. Ceci lui permit de décrire, après expérimentation une véritable fonction paroptique, rendue possible non seulement par le visage mais par d'autres parties du corps, la poitrine par exemple. Cette vision paroptique est extra-rétinienne.    
         En fait la vision extra-rétinienne des lettres est identique à celle des couleurs. En effet une lettre est une " onde de forme", et par tant émet des vibrations colorées, plus exactement des vibrations portées par les mêmes phases que celles des vibrations électromagnétiques colorées.    
         Le C.N.R.S, démontre qu'une main  "posée sur une enveloppe fermée " émet des radiations de 200 microns et plus qui sont transmises et réfléchies, par le papier ou le carton qui se trouve à l'intérieur et représentant soit une carte colorée, soit une lettre ou une forme imprimée. Puis elles traversent à nouveau l'enveloppe et atteignent la main, dont la perception dermoptique, synesthésique rejoint le concept hologrammique.  
         Cette énergie réfléchie est faible, mais peut cependant être perçue.              
         Dans le domaine de l'infra- rouge, et du point de vue thermique, des enveloppes opaques, blanches, beiges, noires...se comportent comme des enveloppes transparentes (en Cellophane par exemple) dans le domaine du visible.

  • Echange Electromagnétique

        
         C'est la perception Gravitationnelle du Corps Bioplasmoréticulaire, désignant la peau comme un corps à la fois polarisé et réticulaire.    
         Ce fait pose un problème devant l'arrivée à son contact, que ce soit dans le sens de l'émission comme dans celui de l'absorption, d'un champ électro-magnétique, comme celui d'une couleur par exemple.    


         En effet un champ électro-magnétique est composé, dans l'espace, d'un champ électrique vertical et d'un champ magnétique horizontal. Face à un polaroïd, en l'occurrence ici la peau, ces deux axes vont être bloqués. Le champ électromagnétique ne peut donc passer la peau dans un sens comme dans l'autre.    
         Mais un champ électromagnétique est en fait "porté" par un troisième axe, dit de compression, axe qui résume les valeurs des champs vertical et horizontal. C'est ce que l'on nomme l'onde de compression ou onde porteuse ou onde gravitationnelle. Ainsi donc, l'onde gravitationnelle franchit le corps bioplasmo-réticulaire. Les interférences électromagnétiques des champs perpendiculaires réalisent ce que l'on nomme l'effet Kirlian.    
         Le corps bioplasmo-réticulaire se charge donc du transfert vibratoire gravitationnel vers les centres nerveux où va s'effectuer le traitement hologrammique selon le principe de la transformée de Fourrier.  

  • Couleurs et Ondes de Formes

    
         L'expression "onde de forme" fût crée en radiesthésie par MM. Chaumery et de Bélizal. Cette expression signifie tout simplement " les ondes vibratoires qu'émettent les formes ".
         Invisibles certes, elles sont là qui mobilisent le champ péri-corporel. Une lettre d'alphabet possède en effet une forme et en tant que telle émet des vibrations. Ce sont celles ci qui ont ermis la description dermo-optique plus haut définie par les auteurs du C.N.R.S.
         Tout ce qui a "forme" dégage de l'énergie, un code fréquentiel par exemple (adjonction sur une seule image de plusieurs fréquences pouvant par exemple correspondre à un organe, par exemple le myocyte du muscle cardiaque dans le cadre physiologique ou celui d'une migraine essentielle dans la cadre pathologique:
                                        
         Ces deux exemples sont cités dans le livre du Dr Fiches qui a fait un travail fantastique à partir des fréquences lumineuses du Dr Nogier, qui a ainsi traduit les tracés de l'organisme et de ses pathologie. Nous remarquons, mais je ne peux compliquer ici mon exposé, une note Do majeur sur le code fréquentiel du myocyte. Ce code repris par des capteurs utilisant le principe des interférences, et présenté à la peau permet d'obtenir des réactions au pouls et de les enregistrer sur "Finometer pro". Ainsi une image issues de fréquences vibratoires alignées sur une note de musique est capable de se transformer en information électromagnétique!

Dans le même ordre d'idée les cartes géomagnétiques de Malcolm Rae dont voici l'exemple d'apis mélifica, ou des cartes que nous avons mises au point (ici hépatocyte) vont transformer l'image en phénomènes électro-magnétiques que capte la peau.
         De même le sous-sol, les bâtiments, les meubles, les objets, la nourriture émettent de l'énergie tout comme les dolmens, les pyramides, l'architecture religieuse. A ces derniers s'ajoute l'effet énergétique des sites choisis.    
         Ce concept est dû aux travaux de MM Chaumery et de Belizal, ainsi que je l'ai dit; travaux mis en forme par M. Jean de la Foye qui précise qu'il faut trois facteurs polarisés pour engendrer une onde de forme.    
- La gravitation, puisque la masse intervient mais aussi parce qu'elle est porteuse des ondes électromagnétiques.    
- Un flux d'énergie "polarisée".    
- Un intercepteur polarisé du flux, intercepteur que l'on peut supposer être un homme, avec sa polarisation cutanée.    
         Par contre, comme les ondes lumineuses avec un prisme de cristal, on peut dévier les ondes de forme avec un prisme en bois. On peut aussi les concentrer avec une lentille convexe en bois, les réfléchir sur un miroir incliné. Elles semblent obéir dans une certaine mesure aux lois de l'optique, tels des rayons lumineux.      
         Ainsi donc les ondes de forme peuvent être mesurées par des couleurs. Elles sont donc bien de caractère électromagnétique comme la lumière. Leur perception est dermo-optique.    
         De même Jean de la Foye étudie le tétragramme hébreu Y H W H. Schéma   .    
- Le yod émet une vibration à 180°.    
- Le Wav pointé émet une vibration à 40° du Nord vers l'Ouest, au 320°.    
- Le hé émet au 105°    
         Ces quatre lettres représentées sur un cercle non matérialisé définissent un champ dont les axes de vibrations constituent les axes directeurs du champ de forme.

 

  • Quelles sont les couleurs émises par les ondes de forme?

         Toutes les couleurs, les fréquences sont émises par les ondes de forme. On peut d'ailleurs reprendre une fois de plus la description de Jean de la Foye.
Mais cette science - car il s'agit d'une science véritable, expérimentale, ayant pour objet des phénomènes reproductibles - était certainement autrefois l'apanage d'un petit nombre.
Il a fallu la géniale intuition de MM. Chaumery et de Bélizal pour retrouver l'entrée perdue du Palais Enchanté qui, sous l'éclairage cru d'une sévère expérimentation, gagne en solidité ce qu'il perd en fantasmagories intellectuelles.

  • Pendule coloré:
  •           Objet de suspicion de la plupart des scientifiques, le pendule est ici l’outil obligé tant que les ondes de forme resteront dans les faibles puissances actuelles et qu’on n’aura pas trouvé un contrôle de remplacement indépendant du corps humain. Il faut donc nous accommoder du pendule et tirer le meilleur parti de sa technique.
  •           En gros, un pendule est une masse variant de quelques grammes à quelques dizaines de grammes suspendue à un fil souple. Ce fil est tenu entre pouce et index, paume de la main vers le bas, le poignet gardant sa souplesse.                                                          On le sait, les sources d'énergie sont multiples et variées d'une part, transformables l'une en l'autre d'autre part. Pourtant, elle ont toutes pour origine l'agitation et la mobilité particulaire: électrons libres ou liés, particules nucléaires, photons, etc. On peut affirmer sans erreur qu'elles sont représentées par les phénomènes électro-magnétiques ou les phénomènes sonores.
  •           Les couleurs appartiennent aux phénomènes électro-magnétiques.
  •           Prenons en main un pendule dont la masse est une sphère de couleur bien définie. Balançons ce pendule au dessus d'étoffes ou de papiers de différentes couleurs dont l'une est exactement celle du pendule. Celui ci va balancer sur toutes les couleurs sauf une, celle qui lui est identique et qui entraîne la giration.

Pourquoi? Apparemment, il y a résonance.


Nous ne nous étendrons pas sur les hypothèses avancées pour expliquer les raisons physiologiques qui déclenchent les mouvements du pendule. Nous nous contenterons de dire: tout se passe comme si le pendule agissait en amplificateur des réflexes de la main. Par sa forme, sa matière, sa couleur, etc. il entre en résonance avec un phénomène extérieur à lui et cette résonance agit sur le système nerveux qui déclenche le réflexe de mise en mouvement.

Les couleurs sur la sphère

Comment ces Messieurs ont-ils découvert ce qu'ils ont appelé « ondes de forme » et que nous discuterons plus tard ?
Ils ont eu l'idée de poser une sphère en bois naturel sur un support indépendant, de prendre des pendules sphériques colorés et de se servir de ce qu'on appelle une "pointe chercheuse ", c'est à dire tout simplement d'une petite tige de cuivre limée en pointe à un bout.
Balançant d'une main un pendule à sphère bleue, par exemple, ils ont promené la pointe chercheuse en " antenne " sur la sphère en bois avec l'autre main, cherché les lieux de la sphère qui déclenchaient la giration du pendule bleu.
Ils ont procédé de la même façon avec d'autres pendules de diverses couleurs et ont trouvé ce qui suit.
Chaque couleur se localise sur une spirale allant d'un pole (+) à un pôle (--) de la sphère.
Les différentes spirales se coupent sur l'équateur en deux points diamétralement opposés, l'un rouge, l'autre violet.
Chose curieuse, les spirales suivent le soleil et se déplacent sur la sphère autour de l'axe fixe des pôles, décrivant le cercle complet au cours d'une journée de 24 heures.
Cette propriété ne fut pas sans causer quelques soucis à MM. Chaumery et de Bélizal lorsqu'ils voulurent créer des appareils basés sur les couleurs détectées sur la sphère. Il leur a fallu trouver des astuces de fixation artificielle décrites dans leur ouvrage: Essai de radiesthésie Vibratoire.
Le pôle (+) qui fait tourner un pendule neutre dans le sens des aiguilles d'une montre correspond au vert- "couleur " normal et a été appelé Vert Positif.
Le pôle (--) qui donne une giration inverse au pendule neutre a été nommé Vert Négatif par simple opposition à l'autre, car il ne correspond à aucune couleur connue.

  • Différenciation des couleurs.

 

Une étude plus poussée a différencié deux méridiens perpendiculaires de la sphère et aboutit à deux " spectres " identiques du point de vue couleur (y compris les invisibles qui " bouchent les trous ") mais sur deux " phases ":
- l'une appelée " Magnétique " donnant au pendule neutre une giration positive, biotique    
- l'autre nommée " électrique " donnant au pendule neutre une giration négative, dysbiotique.

Le spectre des ondes de forme:

Sur ces deux méridiens et sur l'équateur, les couleurs fondamentales sont réparties à des intervalles égaux de 30 degrés sexagésimaux l'une de l'autre, " Magnétiques " ou " Électriques " sur leurs méridiens respectifs, "électromagnétiques " sur l'équateur.

Voici le spectre et l'abréviation des noms de couleurs dans les deux phases Magnétique et électrique. Nous devrons bien les retenir.
Vert Négatif        V-                    Vert Positif     V+
Noir                    N                     Bleu                 Bu
InfraRouge          IR                    Indigo              I
Rouge                 R                     Violet              Vi
Orangé                O                     UltraViolet      UV
Jaune                  J                      Blanc               Bc

On appelle couleurs " Symétriques " les couleurs symétriques par rapport à l'axe V+, V-. Par exemple: Bc et N, I et O, etc.
On appelle couleurs opposées les couleurs diamétralement opposées. Par exemple: Bc et J, UV et O, etc.

Transmission interne des informations électromagnétiques

Bien évidemment la capture de la chaleur comme explicité plus haut, tout comme celle de l'information électrique vont faire appel au système nerveux de l'individu, via la moelle épinière  par la réticulée ascendante, afin d'être décryptée par le cerveau, ses noyaux et ses six couches corticales afin d'y donner un sens.
L'analyse effectuée et comparée au connu, il va y avoir une réaction au travers de la réticulée descendante, ainsi que des fibres pyramidale, extra-pyramidales, sympathiques et parasympathiques permettant d'agir sur l'organisme et/ou sur le milieu environnant, l'adaptation d'une attitude  par exemple ou une décharge d'adrénaline. Mais aussi exprime son acceptation (information biotique) ou son refus (information dysbiotique) de l'information par la réaction au pouls que j'ai décrite dans l'article "un moyen de mesure".
Le concept oriental fait intervenir les méridiens qui se disposent en six couches interactives depuis la surface vers la profondeur:
Tae Yang ( Intestin grêle/ vessie)
ChaoYang ( Vésicule biliaire / Trois réchauffeurs)
Yang Ming ( Estomac / Gros intestin)
Tae Inn ( Rate / Poumon)
Tsiue Inn (Foie / Maître cœur)
Chao Inn ( Cœur/ Rein)

Cet équilibre d'informations et de réactions est particulièrement illustré dans les informations climatiques:


Mais ce n'est pas ici notre propos.

Pierre.